mercredi 15 août

la fumée

Hier on est montés pour la deuxième fois jusqu'au sommet de la Soufrière, mais cette fois pas les mains vides, en l'occurence les sac chargés ras la gueule de ballons, perches, tubes et appareils de mesure pour aller faire un check up aux fumerolles du sommet. On a donc passé une bonne partie de la journée dans les nuages, à 1300 mètres d'altitude dans les panaches de soufre qui sortent à 130°C de trous pas plus grands qu'une paume de la main, c'est assez impressionant. Ça crache constamment une sorte de fumée constituée de vapeur d'eau sous pression et de gazs acides qui, dès que le vent se met à tourner, vous foncent dessus et c'est pas agréable. Même avec les masques à gaz on suffoque. On a marché sur des ponts naturel de 2 mètres de large avec le gouffre enfumé d'un coté et un précipice de l'autre. C'est assez bizarre, tous les environs du panache sont recouverts d'une espèce de pâte blanche qui colle aux pieds et qui schlingue. Avec les arêtes de roc nu juste à coté ca donne un paysage assez singulier.

Après on s'est dirigés vers un autre cratère un peu plus loin, le gouffre du Tarissan. Ça tombe à pic pendant 70 mètres avant de se transformer en un lac d'acide en ébullition. On sait pas trop la profondeur, mais ca tourne autour de 40 mètres. On a tendu un fil au dessus du gouffre et on a plongé un récipient pour ramener la flotte d'en bas, pH négatif. C'était assez marrant, le fil reste blanc jusqu'à l'endroit ou il a plongé dans le lac où là il devient noir.

Les gens autour posent plein de questions en te vouvoyant ca te donne l'impression d'être important. Ils te prennent même en photo à coté d'eux quand tu treuilles le cable. Enfin c'est toujours marrant de doubler ceux qui descendent avec ton casque, ton masque et ta perche à la main, en criant « barrez vous ca va péter! »... sinon aujourd'hui on a passé l'aprem dans la foret, on a tenté de suivre une trace qui s'est rapidement transformée en ravine à remonter, un espèce de sillon d'ocre jaunatre et boueux plein de racines à l'air libre et de cailloux. On a grimpé à la main en s'accrochant aux liannes, quand on en est sortis on était dans la brume, dans une espèce de savane qui nous arrivait aux épaules. Pendant la descente on s'est fait rincer et tous les moustiques du coin ont lancé une fatwa contre nous. Quand on est arrivés au parking dégoulinant de partout, les chaussures pleines de boues et les tshirts dégueu on faisait un peu taches au milieu des touristes en tongues qui allaient se baigner à la cascade avec les enfants...

Posté par guillaumemacquet à 20:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur la fumée

    l'aventurier

    un pont naturel au dessus d'un lac d'acide et d'un précipice... ça fait très Indiana Jones, ou Bob Morane, ou Bill Baroud. C'est toi qui choiz.
    N'empêche que Bill Baroud, ça te va bien :-p
    "Holy Shit, God bless America"

    Posté par geoOorges, jeudi 16 août à 08:37 | | Répondre
Nouveau commentaire